Logo de Tribeni Trek

Tremblement de terre au Népal

Les nouvelles à ce jour

Merci à tous !!!

Suite au double tremblement de terre, vous avez été très nombreux à envoyer spontanément de l’argent pour venir en aide aux victimes. Babulal et Haribol sont rapidement venus en aide aux personnes les plus touchées, dans le Rasuwa, le district de Kabré et à Laprak ou encore Dhading. Tout cela grâce à vous tous. Chacun à votre façon et votre aide a souvent été accompagnée de nombreux emails, coups de fil, nous avons pu donner une aide d’urgence sur place grâce à cet élan. Au nom de tous les népalais qui ont bénéficié de votre aide, MERCI, Danyébath.


Ecole temporaires au Népal Etable temporaire au Népal Maison temporaire au Népal Etable temporaire au Népal

Ci-dessus des abris construit à partir des tôles et des bâches que vous avez acheté, dans l’ordre : un abri pour habitation, un autre pour faire une étable, pour l’école de Mane gaon et un étable dans le hameau de Purano gaon très durement touché.


Téléchargez le compte rendu de cet automne lien suivant : Compte rendu Automne 2015


Etat des lieux

Aujourd’hui à Kathmandu, les cicatrices des séismes ne sont pas très visibles, en revanche, un ami qui travaille avec le World Food Program, m’a expliqué la situation des villages de moyenne montagne autour des deux principaux épicentres qui ont été détruits à 90%. Dans le village de Babulal à Mané Gaon, moins de maisons ont été touchées, une dizaine, dont quatre appartenant à des personnes qui ne pourront pas faire face financièrement. Mais pour la plupart de celles qui sont toujours debout, il faudra tout de même les démolir et les reconstruire car derrière une fissure pas si impressionnante on a presque toujours un mur qui fait le ventre.
Les maisons ont été plus ou moins abîmées selon leur situation géographique. Les maisons particulièrement détruites sont celles au sommet des collines ou sur une crête. C’est le cas du hameau de Purano Gaon dont les treize maisons ont toutes été détruites. Une victime de 4 ans dans ce village. Une première maison a été reconstruite, elle venait d’être terminée à mon passage.
Dans les villages autour de la vallée, les vieux bourgs ont été plus touchés comme le centre de Lubu où de nombreuses vielles maisons se sont écroulées. Dans ce village de la vallée 7 personnes ont perdu la vie.
A Bhaktapur, des temples se sont effondrés et paradoxalement pas les plus hauts ou les plus importants. Ce qui est troublant dans les maisons particulières que je connais, c’est le peu de fissures qu’il faut souvent chercher sur des immeubles aux structures en béton armé de mauvaise fabrication. Surprenant aussi que de nombreuses maisons uniquement en briques avec des dalles de béton aient résisté. C’est d’autant plus surprenant que les récits décrivent les maisons qui bougent beaucoup, presque impossible de marcher et pourtant ça a tenu. Peu de réserves d’eau sont tombées des toits, une des craintes. En revanche, lorsqu’on voit les décombres d’un immeuble effondré, il est facile d’imaginer que de nombreuses personnes sont décédés car la population est dense et la ville toujours animée.
Le choc, ce sont également les temples écroulés qui laissent un vide sur les places de Patan, de Kathmandu et de Bodnath, pour qui a connu ces places avant, l’absence est criante.
Les alarmes tremblement de terre ont fonctionné, en tout cas celle de l’agence. Lors d’une réplique importante a permis à Hari de sortir de l’immeuble avant la véritable secousse. Il a croisé le propriétaire et l’a rapidement emmené avec lui dehors. La secousse a suivi entre 10 à 15 secondes après laissant le propriétaire complétement incrédule avant de voir de ses yeux l’alarme. Ce type d’alarme est vendu aux Etats-Unis environ 30 USD mais vendu 60 USD par le revendeur népalais.


Stupa de Bodnath kathmandu durbare square Maison détruite au Népal Maison détruite au Népal

Le 14 juillet

La mousson n'a pas encore commencé à proprement parlé, il n'a pas plu depuis 4 jours. Les villageois sont dans les champs. Nous avons équipé l'école de Shikharpur en tôles, soit 42 tôles qui ont été achetées et transportées par camion puis portées jusqu'à l'école.

Le prochain projet est de fournir l'école de Jugepani aussi avec des tôles pour l'école de 4 classes. Les cours sont actuellement donnés à l'extérieur et arrêtés lorsqu'il pleut.

Le 26 mai

La vie n'a pas repris son cours à Kathmandu. Hari me dit que les jours ressemblent à des samedis, tout est au ralenti, les écoles n’ont pas rouvertes et peu d’administrations fonctionnent. A côté de l’école de sa fille un bâtiment est effondré alors les parents ne sont pas prêt à renvoyer leurs enfants. Les personnes qui vivent en étage ne veulent souvent plus retourner vivre dans leur appartement, des rumeurs circulent sur le futur tremblement de terre avec toutes les croyances qu’on peut imaginer au Népal et même si elles sont rarement prises au sérieux, la peur est bien présente dans le quotidien.

Le 19 mai

Babu s'est rendu dans le Rasuwa, c'est une région juste à l'ouest de la vallée du Langtang où nous connaissons de nombreux porteurs. Il a amené 70 bâches, 105 sacs de riz, 30 tôles, voir la page déjà fait.

Mise à jour du 7 mai

L'urgence est passée, les gens n'ont plus besoin de nourriture. Il faut maintenant envisager la suite, le passage de la mousson avant de penser à la reconstruction. Babulal ira ce week-end à Mane Gaon pour faire une réunion avec tout le village et estimer les besoins. Mais aussi prioriser les personnes qui ont besoin, ce seront des décisions collectives du village.

En attendant, Babu et Hari parcourent Kathmandu à la recherche de bâches, on n'en trouve déjà plus.

Mise à jour du 6 mai

Plutôt que d'attendre nous avons commencé à distribuer de l'aide d'urgence, Baulal et Haribol ont passé les trois derniers jours à distribuer du riz, des lentilles et des bâches.

Mise à jour du 2 mai

J'ai enfin pu parler à Haribol correctement par skype et longtemps, je n'avais pu parler qu'avec Babulal jusqu'à présent.
Nous allons créer une association non officielle au Népal car la bureacratie demanderait un bon 6 mois à minima et nous craignons des comportements opportunistes.
Je vais donc faire un site web qui donnera les informations sur les familles aidées avec des photos et chaque dépense sera identifiée sur le site.
Les fonds récoltés iront aux familles que nous connaissons, donc principalement dans les villages de Babulal et Haribol. Babulal et Haribol estimerons à qui et comment utiliser les dons en fonction des montants pour que ce soit à la fois équitable et en évitant les jalousies. On pense aux maisons communautaires dans nos premières réflexions. Une partie de l'aide sera nécessaire pour faire face à la mousson (aide d'urgence) et pour que les gens qui n'ont plus de maisons puissent passer cette période. En priorité, il faudra acheter des tôles afin de construire des abris pour passer la mousson. En exemple, la photo ci-dessous, la famille Babula a déjà construit avec les voisins cette première version provisoire à Mane Gaon. A côté la famille d'Haribol avec les voisins à Pharping.

Abri provisoire à Mane Gaon après le tremblement de terre du 25 avril au Népal Nuit dehors à Pharping après le tremblement de terre du 25 avril au Népal

Dans un second temps s'il reste des fonds, ils seront destinés à la reconstrucution.
Demain Babulal et Haribol vont acheter des couvertures, bâches et autre matériel d'urgence et essayer d'aller à Sindhupal Chock, le district le plus touché sur la route du Tibet pour apporter de l'aide.
En France, l'association Climb for future fera notre relais financier, voici leurs coordonnées, vous pouvez leur envoyer un don en indiquant Reconstruction Népal. Les dons seront aussi affichés sur le site soit avec votre nom, soit avec juste vos initiales si vous ne souhaitez pas que votre nom apparaisse.

Le contact de Climb for future :


Babulal et Haribol m'ont envoyé les photos des maisons endommagées. Je vais mettre ne forme cela sur le site. 6 maisons de Mane Gaon ont des fissures importantes ou sont partiellement effondrées et ne sont pas habitables. Ces maisons sont à reconstruire. 25 maisons dans les environs proches de Mane Gaon sont également à reconstruire.

La plupart des vieilles maisons du village d'Haribol, celles qui étaient uniquement en brique sans structure en béton armé ont aussi des fissures trop importantes pour être habitables et devront être reconstruites.
Pour ceux qui connaissent, Teju, Narendra, Saila et Yubaraj avec j'étais en Malaisie, leurs maisons aussi touchées soit effondrées, soit non habitables et à reconstruire à cause de fissures trop importantes.


Mise à jour du 30 avril

Babulal est au village, nous n'avons pas de retour, la communication est très difficile avec Hari qui reste à son village car la situation à Kathmandu n'est pas évidente. Les enfants ont peur et ne veulent pas dormir dans la maison.

Vous êtes nombreux à proposer votre soutien et nosu vous remercions. Je pense que les villages Tamang de Kavre sont parmi ceux très touchés et auront besoin d'aide pour la reconstruciton.


Mise à jour mercredi 29 avril

La circulation est à nouveau autorisée à Kathmandu et la situation redevient progressivement à la normale, c'est à dire communications, transports. De très nombreuses personnes quittent la capitale pour aller voir leurs familles dans les villages, les routes sont remplies de bus.
Il a plu encore ce qui ne rend pas facile la vie à l'extérieur et les gens dorment encore dehors par crainte d'une réplique.
Babulal va passer à l'agence prendre quelques affaires de trekking et acheter des bâches pour emmener au village il ne veulent pas des tentes et préfèrent des bâches ouvertes. Il sera au village pour quelques jours pour prendre des nouvelles et évaluer les dégâts.
A ce jour, les informations qu'il a sont les suivants : il y aurait 233 morts dans le district de Kavre (prononciation Kabré) où se trouvent les villages Tamang de Babulal, Saila et nombreux guides, cuisiniers, assistants cuisiniers et porteurs. C'est une région de moyenne nomtagne des monts Mahabarath. A son retour nous saurons davantange quels sont les besoins. A priori, à Mane Gaon, le village de Babulal aucune victime mais de nombeuses maisons seraient effondrées. Nous ne savons pas ce qu'il en est de l'adduction d'eau qui vient d'assez loin, connaissant le terrain je pense qu'il y a de grandes chances qu'elle ne fonctionne plus. Interrogation aussi sur l'école et le nouveau poste de santé qui avait été financé par une ONG pour plusieurs villages dont Mane Gaon.
Au retour de Babulal, je préparerai un état des lieux des besoins pour les personnes qui souhaitent aider à la reconstruction.
J'ai en revanche toujours beaucoup de difficultés à joindre Haribol.


Mise à jour mardi 28 avril

J'ai enfin pu joindre Haribol ce matin. La maison principale de ses parents est "damaged", je pense qu'elle est tout simplement effondrée car c'était une simple maison traditionnelle de briques. Un autre bâtiment plus récent avec structure en béton armé et à un seul étage a résisté. Ils sont isntallés, ses parents, sa femme et ses deux enfants dans le jardin sous une bâche. Il vient d'aller à l'agence qui n'a pas été endommagée sauf tout le matériel par terre. Il a pris ce qu'il pouvait d'affaires de trekking pour améliorer leur campement.


Mise à jour lundi 27 avril matin

Babulal, Haribol et notre petite équipe ainsi que leurs familles sont sains et saufs. J'ai transmis à Babulal vos témoignagnes et vos messages de soutien.

A Kathmandu, des répliques ont été ressenties pratiquement chaque heure et entretiennent la peur. Tout le monde dort dehors, dans la rue, sur la route, dans les champs. A Bhaktapur, Babulal s’est installé avec Yani et les enfants dehors avec une bâche de trek. A Phakding, Haribol reste aussi dehors avec sa famille. Pour l’instant, la vie s’organise par quartier avec le voisinage. Il commence à y avoir des problèmes d’eau. De nombreuses personnes fuient le centre de Kathmandu pour aller dans la banlieue et éviter le centre des villes. Babulal me décrit ainsi des personnes qui arrivent dans son quartier à la périphérie de Bhaktapur. Les personnes sont avant tout choquées par la violence du séisme sans commune mesure avec ce qui a été connu de mémoire d’homme, la secousse principale était si forte que l’on ne pouvait pas tenir debout à Bhaktapur et encore moins marcher. Son quartier n’a plus d’électricité mais il a pu recharger son téléphone sur un générateur. D'autres quartier ont de l'électricité et internet. De nombreuses personnes dorment à Thundikel, un vaste terrain en plein cœur de Kathmandu. Mêmes scènes à Pokhara où la plupart des personnes dorment dans la rue. Un message des autorités circule de bouche à oreille demandant de rester 72 heures en dehors des maisons.
Au village de Babulal, des maisons sont soient écroulées, soit endommagées mais tout le monde est sain et sauf. Mane gaon se situe pourtant loin du premier épicentre sur les monts Mahabarath au sud-est de Kathmandu mais de nombreuses répliques ont frappé la zone du Rolwaling directement au nord. Nous sommes très inquiets pour les villages de moyenne montagne depuis le sud du Manaslu, région de Gorkha jusqu'au Rolwaling. Les différentes personnes contactées sur place pensent qu’il y a beaucoup plus de victimes que le bilan provisoire annoncé de 2400 personnes.
En montagne, seul le camp de base de l’Everest a donné des nouvelles, avec une terrible avalanche, nous n’avons pas à ce jour de nouvelles des autres expéditions en cours sur les grands sommets ni des régions de trekking de l'Annapurna et du Manaslu.
Le réseau routier de la vallée de Kathmandu est un peu plus endommagé à chaque réplique, ce qui complique les secours. La route principale entre Kathmandu et l’Inde, Kathmandu – Pokhara et Pokhara et l’Inde ne fonctionne pas en raison de glissement de terre, de même de la route de Kodari en direction du Tibet est coupée. L'aéroport reste opérationnel avec des vols sur l'Inde.
Je continuerai à donner des nouvelles sur cette page dès que j’en ai.

La carte ci-dessous donne une idée plus précise du premier séisme samedi (bleu) et des répliques de samedi (jaunes) et de dimanche (oranges).

Tremblement de terre au Népal du 25 avril 2015, carte du séisme 
				de 7,8 et des répliques du 26 avril et du 27 avril.